J E Û N E S

JEÛNE HYDRIQUE

EAU &

TISANES -

ZÉRO CALORIE

L'eau, élément fondamental

A l'instar de la Terre, le corps humain est essentiellement constitué d'eau, environ 70 à 75%, davantage encore pour les bébés.


L'eau est indispensable à la vie, elle est nécessaire pour hydrater nos cellules, fluidifier le sang et la lymphe, ces liquides nourriciers, permettre toutes les réactions métaboliques, l'élimination des déchets cellulaires...

Le foetus se développe en milieu aqueux.

L'eau, comme la mer, apaise... et la composition minérale de l'eau de mer est semblable à notre sérum.

L'eau est un symbole de pureté, d'impermanence...


L'eau est le seul élément qui nous hydrate en profondeur, en particulier l'eau contenue dans les végétaux, fruits et légumes consommés crus.


Un repos digestif total

L'eau est donc naturellement indiquée lorsque l'on décide de jeûner, elle permet de nettoyer, d'éliminer les toxines et n'apporte aucune calorie. Le repos digestif est total et le corps est entièrement dédié à d'autres fonctions métaboliques (élimination des toxines d'abord, réparation organique ensuite et réharmonisation systémique enfin).


Le jeûne hydrique est le plus exigent, ce n'est pas celui que nous vous conseillons pour une première expérience, à moins que votre santé et votre vitalité ne le permette et que vous vous sentiez suffisamment en confiance.


Outre l'eau, les tisanes soutiennent l'élimination, la plupart des plantes étant diurétiques. Elles apportent chaleur et réconfort, atténuent certains symptômes d'élimination, en fonction des propriétés de chaque plante (menthe, mélisse, tilleul, aubépine, etc.). Les tisanes sont alcalinisantes et peuvent aider à adoucir les processus d'élimination acides.


Point trop n'en faut

Il faut boire de l'eau en suffisance et selon sa soif car l'eau dilue les toxines et permet leur élimination mais il ne faut pas boire plus que de raison, obligeant le rein à émettre des urines fréquentes pour maintenir le volume sanguin à son niveau normal, au détriment de sa fonction de filtration du sang et d'élimination des toxines.

Une réhydratation correcte du corps peut prendre du temps.


Écouter les besoins du corps

Il est nécessaire de se reposer suffisamment car le processus d'élimination des toxines requiert beaucoup d'énergie, au point que l'on peut sentir ses forces nous abandonner. Ceci est normal et la vitalité augmentera progressivement au fil de la détoxination. 


Il n'est pas conseillé d'en faire trop au risque d'entraver le processus, gardons à l'esprit que tout ce qui demande de l'énergie au corps diminue sa capacité à éliminer les toxines.


Il faut bien respirer, aérer la chambre convenablement, pratiquer un peu d'exercice doux pour faire circuler la lymphe et le sang.

Être à l'écoute des besoins du corps et les respecter, voici la clef d'une cure réussie!

Se reposer



Respirer



Se mettre en

mouvement

doucement



Écouter les

besoins du corps!


JEÛNE TYPE BUCHINGER

JUS, TISANES,

BOUILLONS -

250 CALORIES

À la découverte du jeûne...

Si le jeûne hydrique n'est pas indiqué pour une première fois, une expérience en solo ou si la charge toxinique est élevée, le jeûne type Buchinger est plus aisé et peut avoir un côté rassurant.

La consommation d'un jus de fruits / légumes et d'un bouillon de légumes par jour en plus de l'eau et de tisanes à volonté apporte environ 250 calories et des minéraux, ce qui permet d'adoucir les processus d'élimination.


Le jeûne type Buchinger correspond à la dernière phase de la préparation d'un jeûne hydrique selon la méthode par paliers que nous recommandons.

Il s'agit bien d'une cure d'élimination qui demande également une phase de transition alimentaire. Le jeûne type Buchinger peut être un préalable à un jeûne hydrique ultérieur.


Qui va piano, va sano!

Les bénéfices de ce type de cure sont presque aussi importants que ceux d'un jeûne hydrique, tant le travail digestif est négligeable. Ce type de jeûne est adapté si votre charge toxinique aujourd'hui est importante. Vouloir commencer d'emblée par un jeûne hydrique dans cette hypothèse risquerait de vous faire vivre une expérience très désagréable avec la nécessité de peut-être devoir interrompre le jeûne. Mieux vaut y aller progressivement, arriver au terme de la cure et savourer ses bénéfices que de mettre cette pratique fantastique qu'est le jeûne en échec.


Prévention n'est pas traitement

Les jeûnes longs de plus de 3 jours ont été popularisés par Otto Buchinger, ce médecin allemand décédé en 1966 qui s'est lui-même soigné par le jeûne avant d'y consacrer sa carrière. Il est à l'origine des fameuses cliniques Buchinger qui encadrent des jeûnes thérapeutiques depuis 100 ans grâce à une équipe médicale complète. Ces cliniques disposent d'un centre de recherche scientifique utile à l'avancée de la compréhension des mécanismes du jeûne comme outil thérapeutique et l'on ne peut que s'en réjouir! Sachez tout de même que les prix qui y sont pratiqués ne sont pas à la portée de tout un chacun.


A la différence de ces centres spécialisés, nous ne proposons en aucune manière de jeûne thérapeutique car nous ne disposons pas de ce cadre médical.

Il s'agit ici d'entretenir la santé et de prévenir la maladie.


Écouter les besoins du corps

Tout comme pour le jeûne hydrique, repos, respiration, exercices doux, écoute de son corps sont les maîtres-mots d'une cure réussie.

Une charge

toxinique

importante



Une première

expérience